Accueil

Journal
Prom'nons nous à Archigny
du 14/11/2022
 Histoire et Patrimoine d' Archigny - 131 articles  

Patrimoine

Le départ a lieu sur la place du bourg, il est 9h et nous sommes une quinzaine de personnes à partir.

Nous nous dirigeons "route du moulin de Vaux" (Vers l'ancien bar restaurant).

À environ 3 ou 400 mètres, nous apercevons une croix. Il est impossible de ne pas la voir puisque les ronces qui la masquaient depuis quelques temps ont été coupées* pour l'occasion.

Il s'agit de la croix de Jeunesse.

Un arrêt spontané permet d'apprendre quelques secrets sur cette croix.

* Débroussaillage par Jean Dubois.

 

La croix de Jeunesse.

Cette croix de bois, qui mesure 3,30 m, est érigée sur un terrain privé.

Il est fait mention de cette croix dans l'almanach paroissial de 1908.

L'abbé germain Garraud, curé à Archigny de 1906 à 1909, y relate la fête de l'ascension et première communion en date du 9 mai 1907 :

"Le soir, à Vêpres, une belle procession s'est déroulée en bon ordre au chant des cantiques vers la nouvelle croix de "jeunesse" replantée sur la propriété de Mr Delaveaux.

Cette croix dont l'arbre offert par Mr le marquis de Pleumartin, mesure plus de 10 mètres de longueur, est un beau monument qui perpétuera dans la mémoire des enfants

le souvenir de leur première communion.

Après une chaleureuse allocution de circonstance et la bénédiction de la croix, la procession est rentrée à l'église où la bénédiction du Saint Sacrement a clôturé cette inoubliable fête".

Jeanne Moulin se souvient, qu'enfant, en 1930, lorsqu'elle allait réciter son chapelet au pied de la croix, cette dernière portait un cœur en son centre.

Les plus anciens habitants d'Archigny se souviennent qu'entre 1933 et 1935, la croix était tombée et traversait le chemin des Hélardières à cause de sa grande taille.

Lors d'une chasse aux alouettes, des Archignois, pour alimenter le feu de leur fricot, utilisèrent accidentellement une partie du bois de la croix ruinée.

Refaite en 2006, la croix a été bénie par le père Ludovic Gault le 26/08/2007.

(Doc Jean Dubois et extrait du livre de Françoise Glain sur le patrimoine religieux p.188)

C'est reparti!

 

Nous tournons à droite, chemin de Mogador (anciennement chemin des Jardins), puis, presque immédiatement, à gauche.

Nous empruntons un chemin qui grimpe légèrement avant de s'enfoncer dans un bosquet.

Là, nous amorçons une sympathique descente. À l'intersection, sur notre droite, nous apercevons une seconde croix qui domine la vallée de Boutigny, du Peu et de La Forge.

Il s'agit de la croix Brouard.

 

La croix Brouard

A peut-être été construite au XVII °siècle, au cours d'une mission. Cette croix de bois mesure 2,90 m de hauteur et est érigée sur un talus , en bord de champ.

Elle domine la vallée de Boutigny, le Peu, la Forge. La vieille croix, abandonnée et rongée par les intempéries, a été réparée en 1935

En 1952, la croix a été refaite avec du bois offert par le comte Stanislas d'Escayrac. Elle a été bénie le 06/06/1952 par le curé Julien Dubois.

En 2002, elle fut de nouveau refaite par l'atelier bois du Foyer populaire d'Archigny, sous la responsabilité de Michel Pasquier.

Cette nouvelle croix a été bénie le 07/07/2002 par le père Jean-Marie Ouvrard.

(doc Jean Dubois et extrait du livre de Françoise Glain sur le patrimoine religieux p.168)

Après ce bref commentaire, nous prenons à gauche.

 

La route est peu passagère. Nous en profitons pour admirer l'Ozon, petit ruisseau qui passe dans le creux de la vallée.

Le bruit de l'eau qui coule est agréable et apaisant. Mais il faut continuer en direction du "Peu" et grimper la côte qui nous semble interminable.

Arrivés "au sommet", en fait à mi-côte, nous tournons à droite pour traverser le village de la Forge.

Mais, au fait, pourquoi la Forge?

 

La Forge

La forge est un vieux village qui tient son nom de l'atelier où l'on chauffait le minerai pour obtenir le fer, métal nécessaire à l'usage local.

Ce village était autrefois appelé La Forge-aux-Giraux pour le différencier de la Forge-Audouard sur la route de Chauvigny.

Le minerai est l'oxyde de fer contenu dans les puddings ferrugineux ramassés dans les champs des environs.

Le fondeur confectionnait un bas fourneau composé de couches alternées de minerai et de bois à brûler, recouvert de terre avec une cheminée au milieu.

Le feu qu'on y mettait provoquait la réduction du minerai et le fer en fusion coulait en bas du fourneau.

Les vestiges d'une telle forge sont visibles dans le champ à l'ouest de la maison n°2 du village.

On y voit des pierres de déchets de fonte. La présence de tégulas (tuiles plates à rebord) montre que le bâtiment qui y existait était d'époque gallo-romaine.

On trouve trace de nombreux ferriers à Archigny.

 

(Texte et dessin de Jean Dubois)

Puis nous poursuivons au milieu d'un paysage rural entre champs et bois.

Nous nous dirigeons vers le village de la Debalière.

Un panneau apposé sur notre gauche indique "Fontaine de la Debalière".

Cette fontaine a elle aussi son histoire et c'est grâce au travail de restauration récente réalisé par des bénévoles* que nous pouvons la découvrir.

* Bénévoles de l'association Histoire et Patrimoine d’Archigny.

 

La Fontaine de la Debalière

En 2018, la végétation masquait ce lieu et il était difficile d'imaginer, au premier abord, la présence d'une fontaine utilisée autrefois pour les besoins quotidiens des habitants du village.

Une fosse, aujourd'hui comblée, l'a longtemps côtoyée et devait permettre d'abreuver le bétail.

Par grandes chaleurs, tous les foyers de la Godet, village situé juste au dessus, venaient s'y approvisionner en eau fraîche.

L'absence de puits dans le hameau obligeait chacun à la corvée d'eau. Avec un joug et deux seaux il fallait vingt bonnes minutes pour faire le tour.

Christian Dupuis, habitant la Godet, se souvient que son père raccourcissait les cordes du joug et l'envoyait chercher l'eau là-bas.

"Ça t'occupera" lui disait-il. Christian, qui n'avait que 7 à 9 ans à l'époque (en 1960), d'ajouter : " Ce n'était pas seulement pour m'occuper c'est qu'il y en avait besoin.

Et quand j'avais fini mon tour, il y avait autant d'eau dans mes chaussures que dans mes seaux! "

Face à ces souvenirs, Didier, Alain et Jean-Claude, encouragés par Françoise, avec l'accord du propriétaire, Norbert Épain, se sont mis au travail pour redonner à cette fontaine

l'aspect que vous lui découvrez aujourd'hui.

Avant

Après

(Extrait du reportage de Jean-Claude Cardinaux/photos Jean-Claude Cardinaux).

Pour plus d'informations, aller sur le site d'Histoire et Patrimoine d'Archigny (HPA): hp-archigny.fr    ---------- >   LIEN

Encore quelques mètres et nous arrivons sur la route de Chauvigny. Nous nous dirigeons sur la gauche et prenons immédiatement à droite direction la Godet.

Ça grimpe !!

À peine essoufflés, nous terminons notre ascension et bifurquons à droite. C'est un chemin agréable et reposant qui nous conduira vers le village de Vilaine.

Nous prenons alors à gauche. Nous marchons jusqu'au bout du chemin qui débouchera route de Bellefonds.

Nous nous trouvons près de la croix dite du Calvaire.

Elle est facilement reconnaissable dressée sur un imposant socle en béton et sa forme atypique interroge.

Elle a aussi son histoire et ses histoires.

 

La croix dite du Calvaire

Sans que l'on soit en mesure de la dater, cette croix est très ancienne.

À l'origine, elle était placée au croisement du chemin d'Archigny à la maison rouge avec le chemin romain de Châtellerault à Monthoiron par la ligne de crête qui marque la limite de la

paroisse d'Archigny.

La route actuelle de Bellefonds n'existait pas.

L'importance de son socle montre qu'il s'agissait d'une croix en bois de grande hauteur.

Nous sommes en 1966, la croix est en ruine. Seul restait le socle, en mauvais état, disparu sous les broussailles.

À l'initiative d'Étienne Guerin, elle a été remontée à l'emplacement actuel.

Une restauration a eu lieu en 1993. Puis, le bois menaçant à nouveau ruine, une nouvelle croix de 3,70 m de haut fut fabriquée en 2006.

Elle fut bénie par le père Ludovic Gault le 26/08/2007.

Vers 2016, un coup de vent l'a de nouveau brisée à la base. Il fut alors envisagé de la boulonner sur le socle pour éviter les cassures successives .

Mais, en 07/2020, le pied, au lieu d'être fixé comme prévu, a été enfoncé à l'intérieur du socle en béton par les employés communaux,

réduisant d'autant la hauteur de la croix…d'où ces mesures anormales.

 

Nous repartons.

Quelques mètres à faire sur la route de Bellefonds avant de tourner à droite et nous empruntons la voie romaine.

La voie romaine est la délimitation entre la commune d'Archigny et la commune de Bellefonds.

La balade continue pendant quelques kilomètres encore au gré des chemins ombragés avant le retour au point de départ.

Nous avons marché environ 8 km. C'était le 26 juin 2022. Le ciel était nuageux mais il n'a pas plu. Une météo plutôt favorable pour cette randonnée organisée *ce jour-là.

 

*Randonnée organisée par l'Association Archigny accueil et fêtes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour au journal - Retour à la page d'accueil